Voici quelques idées. L'important est de mettre l'accent sur l'intention et la lecture que le public fait du passage du comédien sur scène. La liste peut s'allonger à l'infini...

 

TRAVAIL CORPOREL 

AVEC QUELQUES POSSIBILITES DE VERBALISATION

 

 

Le bonbon parterre. Le sol brûlant. Je suis perdu. Je gonfle un ballon, il grossit, il se crève... J'attends quelqu'un. Le mendiant et le passant. Je vérifie l'argent que j'ai dans les poches : je n'en ai plus, j'en ai beaucoup, je l'ai perdu, je n'ai plus de poches, je n'ai plus de pantalon.

J'ai de nouvelles chaussures. Il y a quelque chose de curieux dans le ciel. Impros avec journal, chaise. Je saisis un objet il reste collé à mes mains. J'écoute de la musique au casque: quelle musique? Le labyrinthe, se déplacer comme si on était dedans, le spectateur observe et essaye par la suite de se promener dans le même labyrinthe. On franchit des obstacles imaginaires sur toute la scène, possibilité du même travail qu'avec le labyrinthe. L'ivrogne. Différentes façons de manger du chewing-gum. Seul avec un meuble. Les grimaces. Jeu avec un ballon de baudruche(réel ou irréel). Je tiens un chien en laisse : quel type de chien ? Le retard. Ca sent bon, mauvais... Le sport. Avec une marionnette, elle ne fait plus partie de moi, elle bouge en dehors de ma volonté. Je tire une corde et je ne sais pas ce qu'il y a au bout, c'est lourd, léger, gros, petit... Travail corporel contre un mur, je pousse, le mur me pousse, il est glissant, brûlant... Il fait noir, je ne vois rien. Je mets un objet dans ma poche, il se met à bouger tout seul. Je ne contrôle plus mes membres. Dans la rue. Impros de dos : la nervosité, la tristesse, la peur, la curiosité, le réveil. Insomnies. Douleurs diverses. Ah ! oui le public est là. J'aurai du faire pipi avant. Les différents lieus de vie et la façon dont on les occupe, dont on les investit, dont ils nous investissent. J'ai déjà vu cette tête la quelque part. Le vrai mendiant, le faux, le mendiant et le ou les passants. Impros avec les jumelles : j'assiste à un meurtre, je vois une jolie fille ou un joli garçon, je vois un oiseau superbe, je cherche quelque chose, ce que je vois ne correspond pas à la réalité. Deux personnes timides. Impros : dans un lieu habituel, puis l'inverse. La puce. Je rentre sur scène et dois faire sentir au public quel type de lettre je viens de recevoir. Face à face on se laisse aller aux propositions de l'autre et vice versa. On se croise : antipathie, attirance, indifférence, le dégoût, méfiance, curiosité. , Le boiteux croise le bien portant, chacun prend la démarche de l'autre, idem pour le lent le rapide, le mou, le nerveux....Seul à la récrée. Impatience en général, dans différents lieux. Je pousse un objet très lourd. Impros à partir de ce que je trouve dans mes poches. Improvisation avec les mains, toucher, effleurer, palper, caresser différents objets, des matériaux, des tissus, le corps tout entier participe et reçoit ces sensations tactiles. Le mouvement inattendu : marcher lentement, difficilement puis d'un seul coup être léger et alerte. Différents types de démarches, suivant différents critères objectifs ou subjectifs : anatomie, caractères, sentiments, maladie. Découverte d'un objet comme si on ne l'avait jamais vu, un objet d'une autre planète et dont on ne connaît pas la fonction(balais, chaises, stylo, instruments de musique.....). Je rentre chez moi il n'y a plus rien. La peur des souris, les phobies. Il y a deux soleils dans le ciel. Je suis suivi ou est-ce dans ma tête ? Je suis perdu. Je regarde voler quelque chose(papillon, avion, colibri, soucoupe volante...). J'ai de plus en plus sommeil. Caché derrière une table, juste la tête apparente, exprimé différentes intentions. Je regarde un film, faire deviner le style, les différents moments de l'histoire. A deux: le miroir. La statue, qui peut être modelée par le public ou un sculpteur attitré, la statue qui évolue d'elle-même. Les statues. Les tableaux vivant. Jeu de la ronde : au centre d'une ronde un participant adopte un certain déplacement et évolue circulairement dans la ronde, lorsqu'un autre participant le souhaite, il le suit et transforme son déplacement. On peut associer des sons ou des paroles. L'attente d'un invité important. Isolé depuis huit jours et affamé. Je marche, quelqu'un (que l'on entend ou non que l'on voit ou non) m'appelle de derrière, de devant, du côté. L'objet magique qui permet toutes les transformations... Je me regarde dans la glace j'ai changé de tête. Je rentre dans un endroit mais ce n'est pas ici que je souhaitais aller. Toutes les variations sur : une personne seule sur scène une autre rentre, deux personnes sur scène une rentre, une sort, la scène vide des acteurs y passent mais ne se rencontrent pas, un comédien rentre et sort plusieurs fois de scène, une personne en permanence sur scène et l'autre en permanence en coulisse, personne sur scène sauf à la fin. Impros seul sur scène : après le départ de quelqu'un qui était sur scène. Impros avec entrée, avec sortie. La scène est vide il faut deux passages successifs / à la même histoire. Sur scène deux entrées simultanées, deux sorties simultanées. Impératifs de placement sur scène : deux personnes de dos au début de l'impros, deux personnes assises parterre, une personne de dos à l'avant scène, l'autre de face en fond de scène côté jardin. Dans un espace vide faire découvrir au spectateur où l'on se trouve. Une mn sans parole. Sur scène l'acteur joue, le public intervient pour lui proposer des intentions nouvelles qu'il doit accepter et prendre en compte le plus rapidement possible. Caricaturer le personnage que l'on vient d'interpréter, ou que l'on vient de voir interpréter par un autre. Travail inverse, épurer le plus possible le personnage, tout en lui conservant son "épaisseur" sa "crédibilité". Impros uniquement corporelle mais avec une chute parlée, l'inverse. Essayer de faire rire l'autre, avec ou sans paroles, avec ou sans déplacements, chacun essaye. Gestes répétés et répétitifs à différents rythmes, les faire évoluer? Travailler le regard, en ronde appeler quelqu'un du regard, lorsque l'on se sent appeler, prendre la place de celui qui appelle, indiquer à quelqu'un l'endroit où il doit se rendre dans une salle uniquement avec les yeux. Faire fonctionner ses cinq sens corporels, voir, sentir, goûter, toucher, entendre... je suis sur la plage je sens la chaleur du soleil sur ma peau, l'odeur des algues, le goût du sel sur mes lèvres. Face à face ou seul : la main qui accuse, qui invite, qui craint, qui repousse, qui cherche, qui dérobe, qui frappe, qui se tend, qui se donne. Impros avec des images, les vivre en 3 dimensions.

 

 

 

Ma pratique